Comment lire l’étiquette d’une bouteille de vin ?

Comment lire l’étiquette d’une bouteille de vin ?

Faire le choix de son vin, ce n’est pas évident. Mais quand on ne sait pas lire une étiquette, c’est pire ! Et les rangées de bouteilles étiquetées en rayon peuvent rapidement impressionner.

Si vous savez décrypter une étiquette et toutes les informations qui la composent, vous verrez que cette tâche vous paraitra beaucoup moins pénible !

Elle est double : elle permet d’une part de rentrer dans la législation, et d’autre part de fournir des informations utiles (ou non) au consommateur.

La conformité d’un vin peut grâce à elle être vérifiée par les services de contrôle, et donc vous assurer de ce que vous allez boire. La contrefaçon dans le vin…on aime pas. Et les cachoteries…non plus. Donc une dimension légale rassurante.

Si côté consommateur l’étiquette est synonyme de renseignements, pour le producteur (ou le négociant) elle est un bon moyen de vanter les qualités de son produit. Cependant, comme pour tout produit, attention aux mentions trop alléchantes.

Comme dans toute législation, certaines indications sont obligatoires et d’autres non. Par contre, qu’elles soient obligatoire ou non, les contrôles n’existent que pour une partie d’entre elles (donc méfiance).

Les mentions obligatoires (Europe)

Voyons ceci grâce à quelques exemples d’étiquettes : Bordeaux, Bourgogne.

Lire étiquette Bordeaux   1) La dénomination :  elle peut être soit une appellation d’origine (AOC par exemple), soit une dénomination inférieure (vin de table ou vin de pays).

   2) La contenance :  volume de vin dans la bouteille. Vous le rencontrerez en L ou cL ou mL.

   3) La teneur en alcool :  exprimé en pourcentage du volume total (%) ou en degrés (°).

   4) Les nom et adresse de l’embouteilleur : la mention “mis en bouteille au château/domaine/propriété” désigne un vin embouteillé directement sur son lieu de vinification. On peut aussi trouver “mise en bouteille  dans nos chais/par nos soins”  ce qui suggère en général un vin de négoce, ou “mis en bouteille par les  producteurs réunis”, donc par une coopérative qui met en commun les cuvées de différents producteurs.

5) Pays producteur :  le nom de ce pays est obligatoire dans le cas de vins destinés à l’exportation.Lire étiquette Bourgogne

6) Contient des sulfites :  obligatoire car certaines personnes sont allergiques aux sulfites et tout allergène doit être indiqué.

7) Le logo femme enceinte :  un message peut éventuellement le remplacer.

8) Le terroir (d’un 1er ou Grand Cru de Bourgogne) :  vous pouvez voir ici que le terroir (appelé “climat” en Bourgogne) “Les Suchots” est indiqué en plus de l’appellation.
C’est le cas particulier des Bourgognes 1ers ou Grands Crus, le terroir étant le critère de classification de la Bourgogne (contrairement à Bordeaux qui utilise les domaines).

Les mentions facultatives (Europe)

Nous y voilà. Ce sont ces informations qui sont au choix de l’exploitant ! Elles ne sont pas obligatoires, mais certaines sont pourtant très utiles.

Lire étiquette Bordeaux f1) Mention “Grand vin de (région viticole)” : attention à celle-ci, ne vous laissez pas séduire simplement par cette phrase attirante, car en réalité elle n’a aucune valeur ! Son utilité n’est que commerciale (notoriété de la région), rien de plus.

2) Millésime :  il s’agit de l’année de la récolte.

3) Nom du produit :  il correspond au nom du Château/Domaine/Clos, mais aussi au Cru ou à la marque.

4) Le cépage :  c’est la variété de raisin utilisée pour la vinification. Un vin peut provenir des raisins d’un seul cépage (monocépage), ou d’un assemblage de plusieurs (multicépages).

5) Une récompense :  souvent une médaille, une distinction.

Lire étiquette Bourgogne f

   6) Le type de produit :
obligatoire seulement dans certains pays hors Europe (vin blanc liquoreux par exemple).

   7) Mention “Vieilli (ou élevé) en futs de chêne” :  signifie que le vin, au cours de sa vinification, a passé une partie de son temps dans des barriques en chêne.

8) La cuvée :  le producteur nomme ses cuvée pour marquer leurs différences de qualités (par exemple “Cuvée Prestige LeVinPourTous”  Clignement d'œil  de meilleure qualité que la cuvée de base).

Lire étiquette hors ue f9) L’image :  il peut s’agir d’un croquis, d’un dessin, ou d’une photo représentant le lieu de production (bâtisse et ou environs), ou tout autre chose (un symbole, logo, etc…).

10) Mention “Vendanges manuelles” :  ou “vendangé à la main”, indique une vendange non mécanique.

11) Mention “Vieilles vignes” :  cette mention n’est soumise à aucun contrôle, tout le monde peut donc prétendre posséder des vieilles vignes. Les vignes plus âgées offrent des arômes différents souvent appréciés des amateurs. Cependant, une vigne est dite vieille en France lorsqu’elle atteint 40 à 60 ans environ, alors qu’en Amérique 20 ans suffisent à la décrire comme telle…

12) Autres :  le mot “supérieur” derrière l’AOC (par exemple Bordeaux Supérieur) indique un taux d’alcool supérieur à la version habituelle de ce vin. Le mot “classico” sur un vin Italien dit que la vendange à été faite sur le terroir indiqué. “Crème de tête” sur un Sauternes indique que le vin est issu des premières tries (premier passage de vendanges).

Les mentions hors Europe

Selon la législation en vigueur dans le pays, certaines mentions sont obligatoire et d’autre non. Je ne peux évidemment pas tout vous lister, mais vous en apprendrez beaucoup en les observant occasionnellement. Vous pouvez aussi suivre mon défi, qui compte beaucoup de vins étrangers ;).

Lorsque vous observez une étiquette, vérifier la présence d’une seconde à l’arrière. Tout comme l’étiquette, elle est là pour donner un maximum d’informations au consommateur. Souvent, le producteur l’utilise afin d’épurer l’étiquette de base (pour en faire la plus belle de toutes et attirer vos yeux curieux) en reportant certaines mentions à l’arrière.

Lire contre-étiquette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous y trouverez couramment des descriptifs pour :

– Les choix de l’exploitation en terme de viticulture ou de vinification.

– Des informations sur le type de terroir ou sur la propriété (situation, climat, etc.).

– Des idées d’accords mets/vins.

– Des conseils pour le service ou la conservation (température, date)

– Une ou plusieurs des mentions énoncées ci-dessus (obligatoires ou non).

En dehors de tout ce qui précède, les vins effervescents (avec des bulles) doivent comporter ceci :

Lire étiquette efervescent Champagne1) Le dosage en sucres résiduels (g/L) :  suivant le taux de sucres on verra “doux”, “demi-sec”, “sec”, “extra dry”, “brut”, ou “extra brut”.

2) La méthode de production :  pour indiquer une méthode champenoise, “méthode traditionnelle”, ou autres, comme “méthode dioise” ou “méthode ancestrale/rurale”.

3) Blanc de blanc ou Blanc de noir (champagnes) :  la première version est donnée quand le vin est élaboré à partir du cépage Chardonnay, et la seconde lorsqu’il s’agit de Pinot Noir et/ou Pinot Meunier.

L’étiquette est la carte d’identité du vin, il est important de savoir la décoder pour en tirer le meilleur. Les obligations légales évoluent en permanence, mais gardent l’information du consommateur comme objectif principal.

Nous avons tous à y gagner, et c’est une première étape vers la connaissance (ou la reconnaissance) du vin !

J’espère vous avoir aidé dans vos démarches. Merci d’avoir lu cet article, et de le partager autour de vous Sourire

Recherches utilisées pour trouver cet articleles exemplaires des étiquettes de certains vin doux

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

0 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez